Mon arche

Un jour, au détour d’un évènement tragi-comique, je tirerai ma révérence.
En serais-je inquiète ? Allégée ? Il est trot tôt pour le dire, mais pas pour se poser la question :
Qu’est-ce qui aura fait ma vie ?

Les livres. J’en consomme sans modération aucune. De tous styles et même sans style, alors je me suis posée la question :
Que m’en reste t’il ? Les phrases ou les dessins sur ce tableau sont tirés de ceux dont je peux raconter l’histoire. Très peu en comparaison de ceux que j’ai lus. Mémoire tu flanches, il me semble.

Le chocolat, je suis addicte, une fana, une inconditionnelle, j’aime, j’adore, je vénère, je ne peux pas m’en passer. Et, ce que je préfère au-delà de tout c’est la tablette Lindt.

Les empreintes. Là on touche au fondamental. Les empreintes me construisent et me permettent de transmettre.  Une empreinte c’est la raison même d’exister. Elle peut être légère, un sourire, un mot doux, toutes vont changer une seconde de notre vie. L’empreinte peut être chargée d’émotion, de peur ou de joie et transformer notre vie à tout jamais.

Solitude. Et puis tout à coup, stop. Trop de bruits, trop de mouvements, je m’enferme dans ma bulle, plus rien voir, plus rien entendre, ne plus rien dire.

Une plume. Pour écrire et pour dessiner. J’ai toujours besoin de marquer, d’ancrer, puis de retourner les mots, de les étirer, de les prolonger. J’aime mettre cul par dessus tête. Penser une chose et le contraire aussitôt. Ce tableau dit exactement ça, suivant notre humeur, bonne ou massacrante et les deux sont utiles pour avancer

Les autres J’aime ma solitude, mais j’aime aussi l’autre, je ne suis pas à un paradoxe près. Je suis d’une curiosité maladive. Comment vit-on ailleurs? Comment pense-t’on? Comment mange-t’on? Parlons en ensemble, mélangeons nos certitudes.

Ma famille, je t’ai peinte en dernier. Je croyais que je ne pourrais pas. Et puis, je me suis lancée. Vous êtes ma respiration, mon cœur qui bat, mes combats, mes énigmes, mes sources de bonheur et de gaîté. Mais je ne m’y trompe pas. Vous êtes surtout  vous, si différents les uns des autres, si différents de moi. Ca fait longtemps que je le sais et j’aime ces différences. Vous n’êtes pas moi. Oufffff.

Le Conquet, c’est mon chez moi, mes racines, mon oxygène. Alors je l’ai fait sous la pluie pour vous en dégoutter. Mais comme j’ai un besoin fondamental de toujours positiver, j’ai créé un rébus qui dit que la bretagne est composé de 279 communes, qu’elle accueille 8 millions de touristes dont 500000 étrangers pas an, alors que 1106 mm de précipatations se déversent tous les ans sur Brest. Comme quoi la pluie n’est pas un obstacle.  

Les expositions, Se nourrir du travail des autres. Fascinée par l’humour de Magritte, impréssionnée par la force de Nikie de Saint-Phalle, éblouie par les couleurs de Matisse, charmée par la poésie de Chagal, de Giacometti et surtout, surtout, conquise par la maestria de Picasso et sa volonté de la combattre en explorant des chemins toujours nouveaux. Alors, quand, en plus, ces expositions prennent vie dans des lieux magiques comme le grand palais ou le musée d’Orsay. Quel régal ! 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :